This content requires Adobe Flash Player 10. Click here if you would like to install it now ?

5

Histoire du cidre

Accueil > Les Cidres de France > Histoire du cidre

Histoire du cidre

Les bretons l’appellent Chistr, les catalans Sizra, les basques Sidra, les britanniques Cider ou Applevintage et les allemands Apfelwein, Most ou Viez. Le cidre est une boisson qui s’est répandue rapidement à travers l’Europe au fil des générations. Petite histoire d’un breuvage millénaire…

 

 




L'Antiquité

On sait que les hébreux buvaient du "Shekar" et les Grecs du "Sikera" (boisson obtenue à base de jus fermenté).
Avant l'ère chrétienne, les différents peuples de l'Europe avaient réussi à tirer des boissons plus ou moins analogues au cidre de différentes espèces de fruits. Le géographe grec STABON décrit l'abondance de pommiers et de poiriers en Gaule et mentionne le "Phitarra" au pays Basque, un breuvage obtenu en faisant bouillir des morceaux de pommes et du miel dans de l'eau. Même si à cette époque, le mot « cidre » n’est pas encore utilisé, on recense un certain nombre d’écrits citant des boissons alcoolisées à base de pomme et de poire durant l’antiquité, provenant notamment de Pline, Saint-Augustin, Palladius…

 

Le Moyen-âge

C’est durant le moyen-âge et à l’apparition du pressoir que le cidre prend son essor. Il devient rapidement un breuvage populaire, grâce à son faible prix et sa disponibilité, dû à la production importante de pommes à cette époque qui supplante largement celle des céréales dont sont faites les bières. Les progrès déjà réalisés dans la culture des pommiers et des poiriers et les soins apportés à leur conservation dès l'époque mérovingienne sont attestés par l'introduction dans la loi salique, sous plusieurs titres différents, de dispositions spéciales relatives aux arbres fruitiers : on punit sévèrement ceux qui mutilent les arbres.
Au IXe siècle, CHARLEMAGNE, dans ses capitulaires, ordonne que dans ses domaines on entretienne des brasseurs habiles (les Sicetores) à préparer la cervoise, le pommé (pomacium), le poiré et toutes les liqueurs pouvant servir de boissons. En 1163, Enjuger de Bodon accorde à l'abbaye de Moutiers en Normandie, la dîme des pommes. On retrouve d'autres actes de cette nature tout au long des siècles. C'est au XIe et XIIe siècles que les vergers normands ou pommeraies normandes acquirent leur plus haut degré de prospérité.

 

Du Moyen-âge aux Temps-Modernes

Au XIIIe siècle, un événement va marquer l'histoire du cidre : L'INVENTION DE LA PRESSE. À la fin du XIIIe siècle, des courtiers en vins et en cidres, nommés par les officiers municipaux, sont établis dans la ville de Caen. Les maisons religieuses de Haute-Normandie sont abondamment pourvues de cidre au XIVe siècle. C'est également à cette époque que le cidre commence à supplanter la cervoise et que dans les tavernes, on le débite en concurrence avec le vin et la bière. En 1371, il s'est vendu à Caen, à peu de chose près, autant de cidre que de vin.
A partir du XIVe siècle, il devient le sujet d’études menées par de nombreux érudits et botanistes, modernisant les techniques et méthodes de production, dressant les listes des variétés de pommes les plus à même de produire un bon cidre, et classant les cidres par couleurs et goûts. C’est à cette époque que naît le cidre tel que nous le connaissons aujourd’hui, les techniques de production se perfectionnant et les volumes se développant jusqu'au XIXè siècle.

 

L'Epoque Contemporaine

Le cidre devient dans la première moitié du XXè siècle la seconde boisson la plus consommée par les français (20 millions d’hectolitres), derrière le vin (50 à 60 millions d’hectolitres) et devant la bière (15 millions d’hectolitres). Malheureusement, les ravages de la seconde Guerre-Mondiale sur les vergers de Normandie et l’absence de soutien du gouvernement mirent à mal les productions, signant le déclin du cidre dans l’hexagone. Aujourd'hui des procédés modernes permettent de garantir des produits exempts de défauts et répondant aux exigences du consommateur (hygiène, qualité des équipements, maîtrise des assemblages et des process, stabilité, neutralisation des micro-organismes, embouteillage...).
Les cidres actuels sont élaborés selon des standards élevés de qualité, la palette allant de produits fabriqués dans des conditions contrôlées aux différents stades d'élaboration et plus réguliers dans les grandes unités de transformation à des produits pouvant continuer leur évolution en bouteille et réserver des surprises chez les producteurs fermiers.